A fleur de peau – Bien dans sa peau

by Sur Mon Nuage

Chères lectrices, (lecteur?)

Aujourd’hui je vous livre un article vraiment personnel, ce n’était pas prévu, mais l’envie est venue, et je crois que c’était LE moment.  

Sortir de sa zone de confort

Il y a quelques temps en discutant du blog avec mon amie Joséphine, cette dernière m’a dit  » c’est super chouette avec ton blog fais pleins de choses, tu te dépasses ! Alors ça c’est certain en deux années de blogging j’ai fais de merveilleuses rencontres, découvert de superbes boutiques, café, piscine . . . !!! Mais finalement je ne me suis pas dépassée tant que ça. Bon il y a eu ma balade en vélo électrique récemment, c’était un mini dépassement (et c’était super chouette d’ailleurs cette activité !) Prochainement il y aura sans doute le snorkling avec plongée avec masque et tuba à Marseille, car dans l’eau je ne suis pas justement comme dans un poisson dans l’eau . . . mais rien qui ne me fasse vraiment sortir  » de ma zone de confort ».

Et puis, en réfléchissant je me suis rendue compte que j’étais déjà sortie de ma zone de confort, plusieurs fois, ces trois dernière années. Pas tout du ici sur le blog, mais dans la vraie vie (et c’est même bien mieux !!!). Il y a d’abord eu le dépassement de la peur de conduire, petit parcours qui s’est terminé avec une séance d’hypnose . . .  et me voilà filant à toute allure sur les routes de Provence !  Je vous livrai mon parcours il y quelques mois sur le blog >>> ici.

 

Les nerfs à fleur de peau  . . .

Et puis il y a 4 ans déjà je me suis libérée d’un grand complexe qui me gâchait la vie depuis 6 ans déjà. Comment, à vrai dire je ne sais pas vraiment, je n’arrive plus à mettre des images nettes pour me souvenir du moment où ce complexe a disparu. Là aussi c’est avec le temps que les choses se sont faites, et avec de l’aide et du soutien. (même si au final j’étais la seule* à pouvoir y changer quelque chose).

Cette année je vais avoir 30 ans et cette année c’est un peu l’année  »expérience », je n’ai jamais fait autant de choses, rencontré tant de monde, fait de métiers différents (!). Et c’était l’objectif : arriver au 25 décembre 2017 avec une moi mais en  »mieux », une Marion 2.0 en quelques sortes.

Je me suis donc libérée complètement de mes complexes, mais je n’en ai jamais vraiment parlé. C’est pour cela que j’ai décidé de vous livrer tout cela dans un prochain article. Le but sera de raconter mon parcours et surtout surtout j’espère aider quelques personnes.

 

Objectif : une peau Zéro défaut

Comme je vous le disais ci dessus je n’avais pas forcément prévu cet article aujourd’hui donc je vais me laisser un peu de temps afin de vous préparer la suite, et vous raconter mon parcours, vous parler ces complexes qui nous gâchent la vie.

 

LA SUITE

Allez je me jette à l’eau, voici la suite de mon article intitulé  »  bien dans ma peau part I » et voici donc en toute logique la partie II. Aujourd’hui je vais vous parlez d’une complexe, et même d’une  »maladie » ou plus exactement d’un (CRCC) Comportement Répétitif Centré sur le Corps – Body Focused Repetitive Behaviors (BFRB) : LA DERMATILLOMANIE (triturage pathologique de la peau – 698.4, L98.1) qui m’a gâché  des moments de ma vie entre mes 20 ans et 27 ans. 7 ans …. c’est beaucoup, c’est beaucoup trop. 

Et au delà de dire au revoir à mes vieux démons je voudrai surtout vous aider, mes chères lectrices (lecteur)s, et vous dire que rien, qu’aucun complexe, ne vaut la peine de se gacher la vie, tel qu’il soit. Plus facile à dire à faire n’est pas? Oui complèment.

''Dire « Arrête de te gratter ! » ne sert à rien, 
cela culpabilise la personne qui souffre de dermatillomanie 
et peut lui déclencher une crise juste derrière, lorsque vous aurez le dos tourné.''

Alors voici mon histoire : 

J’ai souffert lors de ces septs années de dermatillomanie ….. j’imagine que vous n’avez jamais endendu parlé de ça … Et c’est normal. Ce comportement  n’a été reconnu et inscrit au DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders – livre officiel des patologies) qu’en 2015, il y a deux ans, vous imaginez !

Je me croyais vraiment seule au monde à souffir de cela, et pour cause, il y avait et il y a encore si peu d’information. D’ailleurs ce therme je l’ai entendu un soir de 2010 (impossile de me souvenir de la date) à la télévision, par hasard. J’y ai vu une jeune femme, qui comme mois à l’époque ne pouvait s’empêcher de se gratter, de se  »triturer » la peau.

Un mini bouton > on gratte > on gratte trop > donc ca saigne, ça fait une marque > alors on regratte> la peau s’infecte à côté > on gratte encore > donc on a des marques > donc on gratte pour les enlever ….. voilà je pourrai continuer des heures…

Le terme dérive du grec δέρμα (derma) qui veut dire « peau », de τίλλω (tíllō ) 
qui veut dire « épiler ou effeuiller », et de μανία (manía) qui veut dire « manie ».

Ce qui était une légère acné devient alors  beaucoup plus intensifiée, les dermatologues – un peu dans l’ignorance pour ne pas dire autre chose-  vous donnent alors des traitements locaux et des crèmes pour votre  »acnée » et la peau devient encore plus fragilisée, elle réagit, … on nous on continue à gratter… Et les conséquences alors ? Alors là je vais vous choquer je pense, voici les choses que j’ai faites ou pas faites à cause de cette maladie :

j’ai loupé un week end d’anniversaire d’une amie (week end à Aix d’ailleurs, lorsque nous étudions à Lyon) >> Il était impossible pour moi de montrer ma peau à nue, non maquillée.

à la plage/mer : je frengnais de ne pas nager super bien pour ne pas devoir mettre la tete sous l’eau (wtf !) (et du coup je passais pour la Nana chiante qui ne veut pas se baigner)

les soirées d’angoisse, comment ma peau aller être le lendemain… d’ailleurs penser à mettre le réveil 30 min plus tot pour se maquiller

– les rdv amoureux que j’ai failli annuler comme ça , sans  »vraie raison »

– un budget fond de teint …. épais – sans vouloir faire de jeux de mots =) –  !!! (d’ailleurs je vous recommande vraiment le dermablend comme fond de teint couvrant, si un jour vous voulez couvir un tatouage une cicatrice ou des imperfections)

 

…. je suis certaine que j’en oublie, et tant mieux. Et je suis suis sure que l’on peut remplacer mon exemple 1 par  »je me trouve trop grosse je ne me mets pas en maillot à la plage » , ou bien  »cette petite jupe est trop belle » mais  avec mes vergéture je n’ose pas, ou encore  » j’ai trop trop envie de rire » mais je déteste mes dents …… on a toutes des raisons complètement IDIOTES de se brider, de se complexer, et je pense que le plus important est de se dire :

 » je ne veux plus de ça je vais réussir à LE changer » (j’ai bien dit LE, car c’est un COMPORTEMENT et non SOI)

Nous ne somme pas une femme avec de l’acnée,  »une femme aux gros bras »,  »une femme trop mince », ou que sais je encore, nous somme une femme qui souffre d’acnée et qui va changer cela, une femme qui ne va plus juger ses bras, une femme qui va trouver enfn des avantages à très mince.

A l'époque j'essayai de visualiser ma peau comme la peau d'une pomme :
 il y a parfois des petites imperfections sur la peau d'une pomme, mais alors si vous grattez
 ou pincez la peau de la pomme une partir bien plus grand serra abimée.

No filtre – No make Up

Alors une fois le nom mis sur ma maladie cela a deja été une premiere étape. J’ai ensuite décidé de consulter un spécialise pour m’aider. j’ai d’ailleurs pu bénéficier d’une aide complétement gratuite en sollicitant le CPCT à Marseille. J’avais un RDV par semaine, et je crois que cela a duré 6 mois environ, entre septemre 2012 et avril 2013… ou juin ? En fait, je ne me souviens pas de ma dernière séance… il y eu les vacances je crois , et puis je ne suis jamais retournée au cabinet.

Il y a eu aussi toute les astuces  »techniques » : démaquillage ambiance bougie, ou dans le noir, peu de miroirs à la maison, porter des gants pour éviter de gratter ma peau – je l’ai peu utilisé cette technique – petits autocollants parsemés sur le miroir pour avoir juste une vue d’ensemble,  évincement TOTAL de tout miroir grossissant ….. j’ai été imaginative  ! Par ce que même si l’on sait  pertinemment qu’il ne faut toucher sa peau, que l’on avoir un résultat à l’opposé du résultat attendu, une  personne souffrant de dermatillomnie ne pourra pas s’empêcher de triturer sa peau.

Et puis un jour je me démaquille au travail, devant mes collègues (nous étions en formation soin visage) ; et un autre je vais à la piscine, ma peau va mieux, donc je gratte moins >> donc elle est beaucoup plus lisse, donc j’ai moins envie de gratter … et tout commence enfin à aller mieux.

Aujourd’hui même si je me maquille tous les jours je vais à la piscine normalement, je ne suis plus obligée de me lever la première lorsque je vais chez des amis pour me maquiller le matin , et ma peau va bien ! Très bien ! ce n’est pas la plus elle du monde, j’ai quelques imperfections (la faute au saucisson et au bonbons) mais peu importe, un peu de poudre et le tour est joué !

 

A la fin de cet article j’espère que vous retiendrai qu’il y a toujours, toujours une solution, que chaque petite amélioration est une victoire et que vous avez en vous la force de changer ces choses qui vous gagent un peu (trop) la vie.  Et n‘hésitez pas à me contacter si, malheuresement, vous souffrez aussi de dermatillomanie, je pourrai peut être vous aider.

 

 

Informations Complémentaires :

 

*entre 1 et 3 millions de personnes en France qui souffrent de dermatillomanie sur 7 millions de personnes qui ont un TOC.  (Personnelement ce chiffre me parait élevé, mais la fourchette est vaste come vous pouvez le constater)

 

No Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X